« Gazons sportifs naturels : Réduire la dépendance aux produits phytosanitaires » par le Souffle Vert et ICL Specialty Fertilizers

Publié le Jeudi 21 février 2019 à 08:34

Le jeudi 7 février, le Souffle Vert et ICL ont organisé au Groupama Stadium une Matinale Technique sur le thème « Gazons sportifs naturels : Réduire la dépendance aux produits phytosanitaires »

biostimulation-fongicide-sport-gazon-pelouse-terrain

Près de 65 personnes, travaillant au service des sports de collectivités territoriales en Rhône-Alpes et 5 greenkeepers de golf, étaient présentes au cours de cette matinée animée par Pierre Joly (à gauche), responsable technique chez Le Souffle Vert et Marc Ribeyron (à droite), responsable du développement marché Turf chez ICL Speciality Fertilizers. Lors de cette matinale technique, les deux intervenants ont abordé les sujets suivants :

- Réduire l’utilisation des produits de protection des plantes : les bonnes pratiques à mettre en oeuvre; 

- Comprendre le sol : un micro-système complexe;

- La gestion globale par l’expertise agronomique;

- Les micro-organismes homologués;

- Les bienfaits des stimulateurs de vie microbienne.

C'est Pierre Joly (Le Souffle Vert) qui a "ouvert le bal" en expliquant comment limiter l'utilisation de produits phytosanitaires et notamment les fongicides sur les terrains de sports (football, rugby, parcours de golf et champs de courses concernant l'hippisme). Selon lui, utiliser la méthode et les conseils qu'il a présentés permettrait de réduire le recours aux traitements fongiques de manière conséquente.

Pour cela il faut :

 

- Moins d’arrosages intempestifs en période de fortes chaleurs et leurs préférer les syringes pour juste faire descendre la température au niveau du sol

 

- Limiter la rosée et l’humidité de surface soit mécaniquement (ventilateurs, tondeuses, tuyaux) soit par l’apport d’un agent mouillant homologué (Qualibra Pro à 1l/ha) soit par des surfaçages avec de la céramique poreuse (Nutrivert Céram* à 100 ou 200 g/m²). Lors des périodes froides, en automne et en hiver, le recours aux engrais à base de fer foliaire est efficace tel que Nutrivert EL Iron couplé à l’agent mouillant Qualibra Pro.

 

- Eviter les excès d’eau en incorporant du Nutrivert Ceram* à 1kg/m² (investissement dans le temps) et l’usage du Qualibra Pro à 10 l/ha.

 

- Multiplier les façons culturales de surface (lames, pointes, louchets) et celles plus profondes (décompactions à lames ou à broches)

 

- Défeutrer régulièrement et/ou faire évoluer le feutre grâce à Vitalnova Energyl Micro (MFSC Matière Fertilisante Support de Culture homologuée)

 

- Pierre Joly estime que 95% des terrains sont sur-arrosés en été et cela favorise l'apparition de maladies.

Le responsable technique du Souffle Vert insiste sur le fait qu’il faut parler de dose d’arrosage en millimètres et non en notion de temps et qu’il est important de connaitre la « Réserve Facilement Utilisable » (RFU) de son terrain.

 

- Adopter des règles de fertilisations simples pour

  • obtenir des cellules végétales rigides et résistantes
  • limiter la conductivité des sols en phosphore et en soufre
  • améliorer la disponibilité des nutriments dans le sol

 

*Nutrivert Ceram est un substrat à base de céramique poreuse (à ne pas confondre avec les zéolithes !). Cette dernière est capable de stocker 25% de son volume en air et 55% de son volume d’eau (1 kg de Nutrivert Céram stocke 1,55 kg d’eau). Ce substrat améliore aussi le CEC des sols. Ce produit est d’autant plus efficace sur les zones les plus sollicitées d’un terrain de sport comme tels que les départs de golf, la zone des gardiens de buts de football ou encore le point de pénalty. Nutrivert Céram permet de rationaliser l’équilibre eau/air/terre du sol et donc de favoriser la vie microbienne et de limiter la compaction des terrains pour un meilleur enracinement.

 

 

Toujours dans l’optique d’améliorer la circulation de l’eau et l’aération du sol, le recours aux microorganismes homologués MFSC est une option payante.

Pour rappel, en France les microorganismes vendus pour « aider » les végétaux doivent obligatoirement avoir une homologation soit Matière Fertilisante Support de Culture soit comme Produit de Protection des Plantes.

Nutrivert V Fulva est à base de la bactérie du sol pseudomonas Fulva véritable bio-activateur des pelouses. Ce microorganisme vise à améliorer le développement radiculaire, la structure du sol et à accélérer la minéralisation de la matière organique. Il débloque les nutriments du sol avec une action toute particulière sur le fer et le phosphore tout en permettant une meilleure alimentation globale de la plante. Il est composé de bactéries PGPR (Plant Growth Promoting Rhizobacteria) qui stimulent la croissance végétale en colonisant les sols et les racines au détriment d’autres microflores non PGPR. Nutrivert V Fulva permet de remonter le niveau , souvent trop pauvre, de la vie des sols nécessaire pour de belles pelouses.  Pierre Joly présente des essais de ce produit conduits sur un golf de la région Lyonnaise : un ensemencement bactérien en ps.Fulva a été réalisé sur trois greens du parcours, en comparaison d’une autre bactérie du genre pseudomonas et de témoins non traité. Le résultat est très significatif : sur la dynamique  d’enracinement entre mai et septembre, on obtient + 43% avec la Fulva vs témoins et une réduction du feutre de 16%.

Présent lors de la Green Golf Convention où il avait présenté l'approche « intégrée » de ICL Fertilizers, Marc Ribeyron (ICL Fertilizers) a ensuite fait une présentation axée sur la réduction de la dépendance aux produits phytosanitaires concernant l’entretien des gazons sportifs naturels.

Dans un premier temps, il a dressé le portrait du bilan agronomique iTurf, développé par ICL, qui permet d’aider les professionnels de l’entretien de terrains de sport d’identifier leurs problèmes majeurs. Ce bilan s’effectue en 8 étapes.

La première étape permet d’établir une note grâce à un diagnostic de performance établit en 30 points afin d’identifier les problèmes (hydratation, maladies...). Ce diagnostic s’effectue en deux parties : une partie aérienne et une partie souterraine. Une fois ce diagnostic terminé, les experts ICL vont établir des pistes d’amélioration en élaborant un itinéraire technique réalisé sur mesure avec des conseils sur le choix des intrants.

Le bilan agronomique, dont le cahier des charges a été réalisé par le laboratoire SADEF et certifié par le Ministère de l’agriculture, permet d’analyser les sols (mise en avant de la biomasse microbienne) et ensuite d’élaborer des stratégies en termes de gestion d’eau par exemple. Le but de ce bilan est également de changer les stratégies déjà mises en place auparavant grâce aux pistes d’amélioration proposées précédemment.

Ensuite ICL va faire une synthèse du bilan agronomique reprenant les axes de corrections prioritaires comme des conseils personnalisés sur l’arrosage. Pour cela, les experts ICL vont se baser sur la RFU. Celle-ci est adaptée à l’évapotranspiration (ETP) potentielle (l’ETP varie selon la période de l’année) des dix dernières années grâce à une base de données de Météo France.

Marc Ribeyron explique ensuite que d'après une synthèse basée sur le bilan agronomique réalisé pour 1000 terrains, la majorité des sols sportifs est saturée de matière organique et notamment de feutre. Hors le feutre est une des causes majeures de la pression maladie. L’accumulation du feutre est le résultat d’un manque de vie microbienne et bactérienne : c’est la première source de stockage des spores pathogènes. L’augmentation de la population de micro-organismes (bactéries et champignons) est essentielle pour faire vivre le sol et réduire l’utilisation de produits phytosanitaires. Marc Ribeyron va présenter des produits censés stimuler les micro-organismes :

Vitalnova Energyl est un stimulateur de vie contenant la bactérie Bacillus amyloliquefaciens IT 45 (AMM n°1100014) et Saccharomyces cerevisiae – souche LYCC6420 levure sélectionnée (AMM n°1100009).

- Les bactéries Bacillus amyloliquefaciens IT 45 colonisent les racines et stimulent la production de radicelles. Ces bactéries solubilisent en même temps le phosphore du sol, le rendant ainsi disponible.

- Les levures Saccharomyces cerevisiae LYCC6420 vont stimuler la microflore du sol, améliorant ainsi les processus de minéralisation et d’humification des matières organiques. Elles permettent d’augmenter considérablement la population de champignons et de bactéries du sol. La production de biomasse est améliorée. Preuve à l’appui, les résultats montrent une réduction massive des taux de matière organique après utilisation et un rééquilibrage des sols.

Vitalnova SeaMax est un stimulateur de vie à pulvériser sur les gazons composé d'une ressource naturelle d’algues : Ascophyllum nodosum* riche en acides aminées et oligoéléments. Liquide, il s’utilise seul ou en association (régulateur de croissance, engrais Greenmaster Liquid, agent mouillant QualibraPro…). Vitalnova SeaMax renforce la résistance naturelle des gazons, accélère la levée et la vitesse d’installation des semis, augmente l’enracinement tout en améliorant l’aspect esthétique.

*Ascophyllum nodosum (algue de l’Atlantique Nord ayant de nombreux bénéfices sur les végétaux). Extraction à froid contrôlée et issue de ressources renouvelables

Le prochain axe évoqué est celui de l’alimentation des gazons présentant les technologies d’enrobages ICL : la technologie POLY-S

Dernier produit présenté: Mycostop, qui s’intègre dans une démarche de biocontrôle. Ce fongicide naturel de nouvelle génération contient la bactérie Streptomyces souche K61. Il possède deux modes d’action complémentaires :

- Compétition : Colonisation rapide de la rhizosphère entraînant une compétition spatiale et nutritionnelle avec les champignons pathogènes du sol.

- Hyperparasitisme : Streptomyces souche K61 va développer des hyphes (filaments) qui vont entourer l’agent pathogène. Les enzymes produites par Streptomyces K61 vont dégrader les parois cellulaires des champignons pathogènes du sol, entraînant leur destruction.

Marc Ribeyron conclut sa présentation en expliquant qu’il faut travailler avec la nature et non contre. Pour cela il faut anticiper et mettre en place un programme de prévention. Mais également intégrer une politique de biocontrôle et de stimulateurs de vie.

Crédit photos : Le Souffle Vert, ICL Fetilizers et Lucas Sanseverino