[Vidéo] Comment booster le volume racinaire des gazons

Publié le Vendredi 20 décembre 2019 à 16:28

ICL Fertilizers a présenté au cours des 48H du Gazon Sport Pro sa nouvelle gamme d’engrais « issus de l’économie circulaire ». Explications avec Marc Ribeyron, son Responsable Développement.

Mis sur le marché à l’automne, la nouvelle gamme d’engrais d’ICL Fertilizers Sierrablen Plus Pearl, dont vous retrouverez le détail dans notre précédent article, tire parti du recyclage de phosphore contenu dans les eaux usées. Marc Ribeyron, son responsable Développement, est revenu à l’occasion des 48H du Gazon Sport Pro sur les principes qui ont présidé à la création de cette nouvelle gamme :

 

« Passer par cette économie circulaire permet d’obtenir de meilleurs résultats en termes de volume racinaire, avec une augmentation par 2,5 comparativement à un mode de fertilisation classique. Car cette technologie ne dépend pas de paramètres tels que le pH, pouvant bloquer les formules classiques de phosphore et donner des résultats aléatoires. » -Marc Ribeyron, ICL

 

Ce phosphore recyclé est à libération lente, du fait d’une plus faible solubilité, ce qui permet d’en limiter sa précipitation. En résulte une meilleure métabolisation du phosphore par la plante, conduisant à une plus grande vigueur ainsi qu’une meilleure résistance à l’arrachement.

Cette nouvelle gamme est mise sur le marché après six ans d’essai dans des universités en Amérique du nord (Canada, EU), complétés par des essais privés. En France, un essai de ce type a été effectué en plein été (avec un semis en raygrass le 31 juillet) au golf de la Méjanne à Lacanau, sur un practice de 2ha à support sable, avec des pentes de 23 à 27%. L’essai a permis de comparer une zone traitée avec l’engrais à phosphore recyclé et une autre avec un engrais conventionnel. Selon ICL, le développement du système racinaire de la zone traitée avec Sierrablen Plus Pearl est conforme aux conclusions issues de ces six années de R&D, avec un taux de développement racinaire deux fois et demi supérieur à celui de la zone traitée avec un fertilisant classique.

 

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Idir Zebboudj & Lucas Sanseverino.)