Le Centre de Performance du Golf National : "une zone unique en Europe dans sa conception et dans son entretien"

Publié le Mercredi 25 novembre 2020 à 07:00

Inauguré il y a quelques semaines, le Centre de Performance du Golf National est un site d'entraînement conçu et entretenu pour offrir aux joueurs des conditions de préparation optimales en vue des Jeux Olympiques qui se dérouleront sur le parcours Albatros du Golf National.

centre-de-performance-golf-national

Il y a quelques semaines, la Fédération Française de Golf a inauguré son Centre de Performance du Golf National afin de préparer les golfeurs et golfeuses francais aux Jeux Olympiques 2024 dans des conditions optimales. Les J.O auront lieu sur le parcours Albatros du Golf National, comme six ans auparavant à l'occasion de la Ryder Cup 2018.

Ce centre de haute performance est décrit comme "une zone unique en Europe dans sa conception et dans son entretien" par Edouard Bréchignac, son responsable. Le projet total de cette infrastructure, avec les bâtiments d’hébergement et de formation, a coûté 4,5 millions d’euros à la Fédération française de Golf. La zone d’entrainement est estimée à 1,3 millions.

La formation des espoirs du golf français, jusqu'alors dispensée dans sept centres de formation répartis sur tout le territoire, sera désormais concentrée sur deux centres d'entraînement de haute performance, puisque le Golf de Terre Blanche est également doté d'un tel outil. Celui du Golf National s'est d'ailleurs appuyé sur celui de Terre Blanche pour sa conception afin d'offrir aux joueurs et des joueuses de golf deux cadres analogues pour leur formation.  

Au niveau de l'infrastructure, le Centre de Performance a été construit sur trois anciens trous de l'Oiselet (les n°4, 6, et 7) sur 5 hectares d’emprise et 18 000 m2 remodelés. Le centre offre 5 greens, 8 bunkers, 7 zones de frappes. Deux greens sont destinés au putting, dont un plat de 266 m2 et un ondulé de 634 m2 avec plusieurs plateaux, un green pour le « wedging » de 698 m2, un green pour le « chipping » de 611 m2) et un green pour les sorties de bunkers de 586 m2. 

C'est l'architecte anglais Martin Hawtree qui a été désigné pour dessiner et superviser ce projet. Ce dernier est connu pour être à la tête des parcours des Aisses et de Fontainebleau en France mais également de grands golfs au Royaume-Uni.

Nous avons contacté Lucas Pierré, le superintendant du Golf National, pour avoir quelques précisions sur la façon dont se sont déroulés les travaux: 

"En ce qui concerne les travaux sur les greens de la zone d’entraînement, nous avons semé autour du 10 mai. Le reste, nous l'avons fait début juin. Les travaux de modelage ont commencé en février. Les semis ont été réalisés à la fin du mois de mai. Ces greens ont été créés sur un substrat sableux. La société irlandaise Golflinks a été à la tête de ces travaux pendant le confinement. Ils ont également réalisé le système de drainage, les bunkers et ont plaqué autour des greens pour faciliter la tonte. Le système d'arrosage a été réalisé par Arrosage System. Mon équipe et moi sommes intervenus fin mai pour être opérationnel en septembre mais la canicule n'a pas arrangé les choses."

Côté graminées, Lucas Pierré nous a expliqué qu'autour des greens, sur les fairways et autres zones de jeu, ils ont choisi d'installer 100% de Ray-Grass. Sur les greens, ils ont opté pour la nouvelle agrostide mise sur le marché par ICL Fertilizers "Riptide", qui résisterait plus facilement à l'attaque de dollar spots. La pousse s'est bien déroulée puisqu'il y avait en septembre 3mm de hauteur sur les greens et 10mm de hauteur sur les zones de jeu autour des greens comme sur le parcours de l'Albatros.

Concernant les bunkers, ils ont opté pour Capillari Concrete en trois sables différents sur les huit bunkers afin que les joueurs du pôle retrouvent les sensations des trois parcours.

Enfin, Lucas Pierré indique que des travaux de reconstruction sont en cours sur les tapis de practice Tee-Line pour les coups de longue distance sur le trou n°5 de l'Oiselet.

Dans un prochain article, nous reviendrons sur "l'année compliquée" de Lucas Pierré quant à l'entretien des parcours du Golf National.

 

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Lucas Sanseverino)