Coupe du monde 2018 : quand la Russie s'inspire du savoir faire français

Publié le Jeudi 16 novembre 2017 à 08:30

Pour la préparation du Mondial, les intendants russes sont à la recherche du meilleur gazon possible et ils ont décidé de venir en France et plus particulièrement chez DLF France pour puiser leur inspiration. 

gazon-coupe-du-monde-russie-2018

Il y a quelques semaines, nous faisions un état des lieux concernant la pousse du gazon des stades en Russie qui accueilleront la Coupe du Monde 2018. Le premier match aura lieu le 14 juin mais pour les intendants du pays des tsars, il faut travailler dès maintenant pour assurer une qualité optimale de surface de jeu.

DLF France, fournisseur en graminées du Stade de France - entre autres -, a reçu une délégation russe sur sa station expérimentale des Alleuds, près d'Angers, fin octobre. Les représentants des stades et centres d'entraînement, jardiniers, conseillers techniques et agronomiques et maîtres d'œuvres du prochain Mondiale ont ainsi échangé sur leurs connaissances et leur savoir-faire. Ils ont pu découvrir les variétés de gazons DLF les plus adaptées pour un usage sportif mais aussi l'un de leur dernier produit : les ray-grass tétraploïdes 4turf®.

Ces derniers ont un nombre de chromosomes doublés par rapport aux ray-grass anglais diploïdes, ils possèdent donc des cellules plus grosses plus chargées en eau et des parois plus épaisses. Ils présentent une excellente résistance au piétinement et aux stress, ont une profondeur d'enracinement supérieure, une couleur verte plus soutenue et une bonne germination à faible température : une réponse idéale pour les attentes des professionnels russes qui doivent faire face à un climat très froid.

L'année prochaine, si vous vous enthousiasmez du beau vert des stades russes, vous saurez que notre "french flair" y est probablement pour quelque chose !

MISE À JOUR : Le Courrier de Russie a confirmé que 5 stades du Mondiale 2018 seront équipés du gazon 4turf®. Le directeur de DLF s'est montré plus prudent en déclarant au Courrier de l'Ouest "Nous n'avons pas encore eu la confirmation directe de la part de notre bureau en Russie. Mais oui, l'information est correcte et nous aurons même peut-être plus de cinq stades..."