Le FC Metz mise sur des mesures écologiques pour la gestion de son gazon

Publié le Mercredi 28 avril 2021 à 07:00

Rénové en 2019, le gazon du terrain du Stade Saint-Symphorien, l'antre des joueurs du FC Metz, devrait être plus "vert" suite aux décisions écologies prises par le club.

Stade_Saint-Symphorien.jpg

Suite aux travaux de rénovation de la pelouse du Stade Saint-Symphorien du FC Metz en 2019, le club a mis en place une sous-station qui permet de se raccorder au réseau de la Ville de Metz afin de bénéficier du chauffage urbain produit par la biomasse. Auparavant, le club disposait d'un chauffage par circuit hydraulique où c'était le pendant « gaz » du circuit chauffant électrique dont le chauffage était assuré par un circuit hydraulique alimenté en eau chaude (ou un fluide caloporteur) produite grâce à une chaufferie. «Nous bâchons aussi la pelouse pour garantir une bonne tenue du terrain le jour de matchLa bâche permet également d'augmenter l'efficacité du chauffage, car elle conserve les calories apportées par le chauffage en surface, et de protéger les brins de gazon en surface, fortement fragilisés par les températures négatives qui peuvent atteindre jusqu'à -15°C la nuit au sol.», expliquait Jean-François Girard, le référent pelouse du stade Saint-Symphorien.

Suites à l'ambition climatique de l'Union Européenne, les clubs de football européens vont de plus en plus recourir à des solutions écologiques pour réduire le bilan carbone d’une pelouse de stade car l'arrosage, la lumière, les engrais ou encore le chauffage ont un impact important. C'est le cas du FC Metz qui va recourir à des solutions plus "vertes". 

En raison des exigences et des critères imposés par les différentes institutions, la pelouse se doit d’être « irréprochable. On la chauffe, on l’arrose et on l’éclaire. Ça peut choquer mais c’est notre outil de travail. On ne peut pas se permettre d’avoir une pelouse qui gèle, qui serait dégradée pour tout le reste du championnat », explique Nicolas Vincent, responsable Maintenance et Travaux, à nos confrères de  EURACTIV France.

Parmi ces mesures écologiques, le club à décider de revoir son système de chauffage afin de rendre un rendre la pelouse plus respectueuse de l’environnement. Le terrain est raccordé au réseau de la ville de Metz pour bénéficier du chauffage urbain produit par la biomasse. « C’est une source de chauffage plus propre pour nous », affirme Nicolas Vincent. 

Autre terrain de bataille, le sytème d’arrosage. « On a la chance, au niveau du stade, de nous trouver sur la nappe de la Moselle qui est peu profonde, et qui est tout le temps alimentée en eau. La ressource est maitrisée, on l’a sur place.  L’herbe prend ce dont elle a besoin et via le réseau de drainage et de filtration l’excédent repart dans la nappe. », explique-t-il.

Cependant, le club rencontre quelques difficultés au niveau de la lumière puisque la nouvelle tribune, plus imposante, empêche la lumière naturelle de passer et donc d’éclairer la pelouse. « On a essayé de travailler sur toute une zone translucide sur l’avant de la toiture pour limiter l’impact de la construction sur la pelouse et limiter ses besoins complémentaires en luminothérapie », déclare-t-il.

Ces décisions écologiques s'intègrent dans le cahier des charges des travaux de rénovations, qui vont durer encore une année de plus, que souhaite réaliser le club.  « Les autorités sont vigilantes sur tous ces points là. Les réglementations évoluent, elles vont vraiment dans le sens de l’environnement. On est soumis à des règles assez strictes. On est une vitrine, on est très exposés, on se doit d’être exemplaires  », explique M. Vincent. 

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Lucas Sanseverino)

Source : EURACTIV France