Gazon synthétique : la toxicité potentielle abordée au Sénat

Publié le Vendredi 01 juin 2018 à 08:30

Les terrains de sport synthétiques rendraient-ils leurs joueurs malades ? La question a été évoquée au Sénat pour soutenir les collectivités.

gazon-synthétique-sénat

Le gazon synthétique fait polémique depuis quelques mois. Tout est parti d’une enquête de So Foot en novembre 2017 qui soulevait des interrogations sur un potentiel lien de cause à effet entre la pratique de football sur gazon synthétique et des cas de cancer chez les joueurs. Fin février, un reportage d'Envoyé Spécial intitulé "Gazon suspect" a relancé le débat auprès du grand public. Si la filière se voulait rassurante, le gouvernement a saisi l'Anses qui devrait remettre un rapport à ce propos d'ici fin juin.

Le sujet a récemment été abordé au Sénat lors de la séance du 22 mai 2018. La sénatrice de la Haute-Garonne, Françoise Laborde a déclaré : « Les terrains de sport synthétiques, qui présentent des menaces pour la santé humaine et l'environnement, sont souvent la propriété des collectivités. La ministre des sports a pointé des études rassurantes mais aussi des incertitudes, conduisant à une saisine de l'Anses. Des chercheurs néerlandais ont révélé que le problème venait de ce que le règlement européen a été bâti sur l'usage normal que l'on fait des pneus automobiles, non des granulats qui proviennent de leur recyclage. Le principe de précaution s'impose. Je propose un fonds d'urgence pour aider les collectivités territoriales à réaliser les travaux utiles et communiquer sur les risques encourus. »

Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, a ajouté : « Depuis les années quatre-vingt-dix, les terrains sportifs synthétiques se sont multipliés en France. En novembre 2017, So foot a publié une enquête sur ces revêtements qui sont également utilisés pour les aires de jeux des enfants. L'Agence européenne sur les produits chimiques a conclu à l'absence de toxicité. Pour répondre aux préoccupations des utilisateurs et des communes, les ministres de l'écologie, de la santé, de l'économie, du travail, de l'agriculture et du sport ont saisi l'Anses le 21 février 2018. L'analyse des connaissances actuelles est prévue pour la fin juin. Ensuite, l'Anses déterminera le besoin de connaissances supplémentaires. Les résultats ne manqueront pas d'être portés à votre connaissance. »

François Laborde a insisté sur la notion de sécurité : « Je ne voudrais pas que l'on vous accuse d'avoir laissé passer un risque sanitaire majeur.... Le soutien aux collectivités doit être sans faille. Les élus font au mieux, vous le savez, selon leurs moyens et les remontées du terrain. Le Gouvernement donnera-t-il des instructions claires ? Ces terrains sont interdits en Suède, à Amsterdam et à New York. »

La suite dans les prochaines semaines, afin qu’une décision puisse être prise concernant ce sujet épineux.

Source : www.senat.fr
Crédit photo : Photo Sénat © Sénat