Les 48h du Gazon Sport Pro : le point sur les biostimulants

Publié le Jeudi 21 novembre 2019 à 13:15

Dernier grand thème des 48h du Gazon Sport Pro, les biostimulants feront l'objet d'une conférence qui retracera l'historique de ces produits et focalisera sur leur intérêt, notamment dans la stimulation de la vie microbienne des sols sportifs.

48-_-heures-conf.jpg

Dans une perspective de réduction du recours aux produits phytosanitaires, les biostimulants font partie des alternatives disponibles. Ils sont en passe de connaître un fort développement, moyennant des efforts en matière de recherche et développement. Ce sera d'ailleurs le thème d'une conférence dédiée : « Le point à ce jour et les perspectives sur la recherche des biostimulants en Europe ».

Responsable réglementation et développement chez Compo Expert France, Ludovic Faessel dressera un historique des biostimulants, puis abordera les trois changements récents les concernant : la structuration de l’interprofession, les évolutions réglementaires et les évolutions scientifiques.

« L’objectif sera de donner aux intendants les outils pour mieux comprendre, mieux choisir et mieux positionner ces nouveaux produits. Le développement d’un biostimulant est un processus long dont la finalité (le Graal) est l’obtention d’une autorisation de mise en marché. Cette autorisation délivrée par les autorités permet ainsi de faire le tri entre les produits sérieux et ceux qui le sont moins. Il est par exemple crucial de comprendre qu’il ne faut pas envisager l’emploi des biostimulants de manière ponctuelle mais dans un programme. » - Ludovic Faessel, Compo Expert France

Martin Trescazes, responsable technique européen gazons sportifs chez Lallemand, abordera quant à lui les interactions entre les plantes et les micro-organismes tels que les bactéries, les champignons ou encore les levures. Le but étant de montrer les mécanismes de protection et de nutrition dans ces interactions « sol-plante » :

« La vie microbienne permet d’être une solution complémentaire des produits phytosanitaires qui tendent à disparaitre. Mais le côté « nutrition » est tout aussi intéressant. Les intendants travaillent dans des milieux relativement artificiels. En effet, dans les pelouses sportives et les golfs, il existe un intérêt réel dans l’utilisation de la vie microbienne pour la fertilisation. Mon objectif est de montrer comment y parvenir. Il faut que intendants sachent qu’il existe un nombre important de leviers pour nourrir le gazon. Les engrais ne seront pas toujours accessibles et il y aura peut-être des restrictions au niveau des engrais minéraux (phosphore, azote, etc.) » - Martin Trescazes, Lallemand.