Gestion des terrains de sports : quelles solutions pour un terrain de qualité avec l’évolution de la réglementation ?

Publié le Jeudi 01 octobre 2020 à 07:00

Lors de Salonvert 2020, Ollivier Dours, responsable recherche et développement chez Ecoumène, et Jean-Pierre Fiocre, conseiller technique chez Covergarden, ont animé une conférence sur la gestion des terrains de sports et les solutions à employer avec l’évolution de la réglementation pour obtenir un terrain de qualité.

Une conférence sur le thème de la "gestion des terrains de sports amateurs : quelles solutions pour un terrain de qualité avec l’évolution de la réglementation (graminées, opérations mécaniques, intrants, eau)." s'est tenue jeudi dernier lors de l'édition 2020 de Salonvert. Cette conférence a été animée par deux experts très connus dans le milieu de la gestion des terrains de sport puisqu'il s'agit d'Ollivier Dours, responsable recherche et développement chez Ecoumène, et Jean-Pierre Fiocre, conseiller technique chez Covergarden.

L'objet de cette conférence est avant tout "une prise de conscience puisque qu'il y a une urgence qui arrive à compter de janvier 2022", explique Ollivier Dours en faisant allusions à la réglementation du zéro phyto. "Nous allons donner des outils qui seront nécessaires et indispensables pour garder le gazon naturel en France et conserver sa qualité au niveau sportif et environnemental", rajoute-il.

Les deux intervenants insistent également sur le fait que les terrains synthétiques sont une alternative aux terrains engazonnés mais "en aucun cas ils ne doivent les remplacer", déclare Jean-Pierre Fiocre. Ollivier Dours explique que les terrains synthétiques sont, tout comme les terrains engazonnés, traités mais, non pas avec des pesticides, mais avec des biocides qui ont des risques plus importants que les pesticides. Ces produits sont utilisés sur des milieux stériles et vont directement dans les nappes phréatiques. Ces terrains synthétiques sont parfois arrosés lors des fortes chaleurs.

Des formations sont organisées par l'AGREF où les participants apprennent à maîtriser les leviers agronomiques comme la lutte intégrée, la fertilisation, les biostimulants ou encore l'irrigation, qui est, selon Jean-Pierre Fiocre, très mal maîtrisée.

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Lucas Sanseverino)