La pelouse du Vélodrome fait débat sur BFM

Publié le Lundi 25 septembre 2017 à 18:01

Le journaliste Daniel Riolo a poussé un énorme coup de gueule hier soir concernant l'état de la pelouse du stade Vélodrome. Un sujet qui a fait réagir l'intégralité du plateau de BFM.

pelouse-velodrome-bfm-daniel-riolo

Suite à la rencontre entre l'OM et Toulouse dimanche 24 septembre à Marseille, l'équipe de BFM Sport a réalisé son débriefing habituel d'après-match. Daniel Riolo a tenu à insister sur la piètre qualité du gazon du Vélodrome qu'il a tout simplement qualifié de "terrain de merde". Le journaliste rappelle que la Ligue de Football Professionnel devait prévoir des sanctions pour les pelouse les plus abîmées, il les interpelle lors de ce passage afin de savoir où en sont ces pénalités et si celles-ci sont vraiment efficaces... Il revient également sur l'état du gazon de la Mosson à Montpellier et alors qu'un de ses collaborateurs justifie cela par la propagation d'un "champignon", comme expliqué dans notre article à ce propos.
M. Riolo s'énerve, précisant que le "champignon" est régulièrement utilisé comme une "excuse" et s'en prend directement à la direction des clubs. Sur le plateau, ses propos sont nuancés, ses collègues expliquant que l'entretien des stades est souvent de la responsabilité des mairies, propriétaires des terrains, qui refusent d'investir trop de budget pour ces travaux. Lorsqu'un membre du plateau évoque des investissements de "2 millions d'euros" - consentis par la Ville? Le Club? - pour la bonne tenue du gazon, Daniel Rioli ironise en demandant si ce montant correspondait à un "jardinier avec des rateaux en or"!
La dégradation de la qualité des terrains de Ligue 1 de cette rentrée 2017 est évidemment particulièrement regrettable. Ceci étant dit, il parait assez irréaliste d'imputer tous les maux des gazons de sport professionnel à l'incompétence des jardiniers, comme le laisse sous-entendre Daniel Riolo... Par ailleurs, ce dernier semble ignorer - en chargeant les jardiniers de la ville de Marseille et faisant l'éloge de "privés"- que le Vélodrome sollicite déjà les services d'un prestataire extérieur pour l'entretien de sa pelouse (en l'espèce la société Parcs & Sports). Preuve que la réalité est un peu plus complexe que le constat dressé à l'emporte-pièce lors du Talk Show. Qui comme son nom l'indique, est aussi un spectacle, certes... On regrettera néanmoins que ces Talk Shows de grande écoute, souvent très bien informés au plan purement sportif, ne soient pas aussi affûtés à l'endroit des intendants. 

L'intégralité de cet échange est à voir ci-dessous :