Des tests et des échanges entre intendants pour aller dans la direction du zéro phyto

Publié le Jeudi 19 novembre 2020 à 07:00

Cette année encore, les différences au niveau des conditions météorologiques sont très importantes d'une région à l'autre. il est donc difficile d'établir un plan "type" pour entretenir tous les terrains de sport en France. Cependant, les intendants essayent de nombreux produits et échangent entre eux des informations afin de voir s'il y a des corrélations au niveau des résultats.

pierre-habourdin-nimes-olympique

Les conditions météorologiques actuelles ont un air de printemps et certains intendants en profitent pour réaliser des opérations mécaniques à la faveur de ce climat doux. C'est le cas d'Emmanuel Zwertvaegher, greenkeeper du Saint-Malo Golf Resort, comme nous vous en parlions hier dans cet article.

Cependant, certaines régions ont été confrontées à d'importantes intempéries, comme nous l'explique Pierre Habourdin, Head Groundsman du Nîmes Olympique : 

"Nous avons eu beaucoup de travail ses derniers jours notamment avec les intempéries".

Le travail de cet intendant, comme beaucoup de ses confrères avec les nouvelles restrictions en termes de produits phytosanitaires, s'articule autour d'intrants et de biostimulants "qui sont très importants pour le sol ou le gazon, que cela soit dans sa pousse ou sa résistance", nous explique-t-il.

A cause des variations de conditions météorologiques d'une région à l'autre il est "malheureusement impossible de faire un plan type avec tel ou tel produit pour tel ou tel terrain. Cela reste et doit rester à la seule charge du responsable de stade qui connaît mieux que personne sa pelouse, ses défauts et ses besoins. Par exemple, nous, nous avions à l'origine 9% de matière organique sur notre stade et nous cherchons à améliorer la résistance de la plante en été puisque nous avons résolu les maladies hivernales avec zéro traitement de septembre à juinAujourd'hui et demain nous continuerons les tests des produits que nous faisons depuis 4 ans, et beaucoup de mes confrères font maintenant de même, nous croisons avec certains nos informations et nous avons généralement des résultats très différents".

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Lucas Sanseverino)