[Débats d'idées] Alain Dehaye: "Si tous les acteurs de la filière jouent le jeu sans hypocrisie, on pourra progresser"

Publié le Mercredi 30 octobre 2019 à 13:21

Pour poursuivre notre série de tribunes "zéro % phyto, 100% mytho?", voici cette semaine la seconde partie des réponses d'Alain Dehaye, expert indépendant et gérant du bureau de conseil Les Ateliers du Golf.

 
 
A_Delhaye.JPG

La première partie de l'entretien est disponible ici.

Que vous inspire la situation en Belgique, où les intendants de terrains de sport ne peuvent théoriquement plus recourir aux phytos?

Je connais la Belgique et je suis assez interrogatif sur la qualité sanitaire des golfs en particulier. Dans un environnement belge assez propice aux trachéomycoses comme la fusariose froide, je pense que c’est un exploit de garantir et contrôler des surfaces de green sans avoir recours à un fongicide de synthèse à un moment. Alors... miracle belge ? C’est un cas unique dans l'UE.

Pour information, en 2016, on utilisait en Belgique 2,10 kg de produit phytosanitaire /ha de SAU (surface agricole utile), contre 0,73 kg/ha en Allemagne et 1,15 kg/ha en France. Ne plus recourir théoriquement aux pesticides n’est que théorique, comme son nom l’indique, ce qui ne veut pas dire que rien n’est fait et cela n’enlève rien au...